Photos et Motions

Photos et Motions

Un brin d'émotions dans vos photos
Techniques de bases

Qu’est-ce qu’un stop / EV / IL / diaph, et comment se servir de la correction d’exposition

Qu'est-ce qu'un stop / EV / IL / diaph, et comment se servir de la correction d'exposition

« L’indice de lumination » (IL), également appelé « Exposure Value » (EV) en anglais, ou plus simplement nommé « stop » ou « diaph » (diminutif de « diaphragme« ), est la manière que votre appareil utilise pour mesurer la luminosité.

Nous allons voir dans cet article que comprendre ce concept nous permettra de maitriser la fonction de correction d’exposition.

À partir de là, je n'utiliserais que le terme "stop".

Qu'est-ce qu'un stop ? : explications

Il se peut, si vous êtes curieux, que vous ayez déjà rencontré un des termes cités au dessus sur un forum, un blog voir un livre et le plus souvent accompagné de formulations à voir arracher les cheveux.

Je vous rassure : les stop/EV/IL/diaphs ne sont qu’une manière de mesurer la luminosité de votre scène.

On va commencer simplement : quand vous doublez la quantité de lumière qui vient taper votre capteur, on dit que vous gagnez un stop. Inversement, si vous divisez par deux la quantité de lumière, vous perdez un stop.

Prenons un exemple tout simple : imaginons que nous ayons deux ampoules de même puissance, elles définiront la quantité de lumière de référence. On se trouve donc à 0 stop.

Maintenant, si on éclaire la pièce avec une seule des deux ampoules, on divise par deux la quantité de lumière par rapport à notre référence. Ainsi on sera à -1 stop. A l’inverse, si on éclaire notre pièce avec quatre ampoules, on se retrouvera à +1 stop.

Pourquoi quatre ampoules et non pas trois ? Simplement car on va devoir doubler la quantité de lumière par rapport à la référence pour obtenir +1 stop. En partant de deux ampoules, on vient doubler le nombre ce qui nous donne quatre ampoules.

Si on souhaitait atteindre +2 stop, nous aurions agit en deux temps : premièrement, on serait passer de deux ampoules à quatre pour obtenir notre +1 stop. Ensuite, nous aurions encore doubler le nombre d’ampoule, donc quatre en plus des quatre précédentes, pour obtenir huit ampoules et ainsi arrivé à +2 stop.

Voyez comme le concept est simple à comprendre 😃

La relation entre les stops et l'ouverture, la vitesse et les ISO

Ce concept est en relation direct avec quelque chose que vous connaissez bien normalement : le triangle de l’exposition.

Les ISO

Commençons avec le plus simple : quand on double la valeur de la sensibilité ISO de notre appareil, on gagne un stop, quand on divise la valeur ISO, on perd un stop.

C’est assez logique quand on y pense, en doublant la valeur ISO, on vient doubler la quantité de lumière, ce qui est la définition même d’augmenter d’un stop.

En règle général, tous les appareils photos proposent de modifier les ISO par palier de un stop, ce qui est le plus simple pour démarrer. Mais certains proposent des modifications par demi ou tiers de stop, nous allons voir cela avec le prochain paramètre.

La vitesse d'obturation

Là ici, c’est assez intuitif puisque lorsqu’on double le temps d’exposition, on double la quantité de lumière. Par exemple, si une seconde est égale à 0 stop, alors deux secondes reviendra à obtenir +1 stop, et une demi seconde sera -1 stop.

Cependant, dans la plupart des cas, on règlera la vitesse d’obturation de notre appareil par tiers de stop : entre une seconde et deux secondes, on aura 1,3 secondes, puis 1,6 secondes. Ainsi, on aura :

  • 1 seconde : 0 stop
  • 1,3 secondes : +0,3 stop
  • 1,6 secondes : +0,7 stop
  • 2 secondes : +1 stop

On peut également avoir des demi stop selon notre réglage : une seconde, 1,5 secondes, deux secondes, soit 0 stop, +0,5 stop et +1 stop

L'ouverture

Je vous ai gardé le moins intuitif pour la fin : l’ouverture.

Comparé aux ISO ou à la vitesse, les valeurs d’ouverture correspondant aux paliers de +/-1 stop ne sont pas linéaires. C’est à dire que la valeur d’ouverture F/8 ne doublera pas la quantité de lumière obtenue à F/16.

Il est inutile de vous expliquer pourquoi ces valeurs ne suivent pas la même logiques que celles des deux autres paramètres, mais je peux néanmoins vous donner les valeurs qui correspondent aux palier de +/-1 stop :

F/1 > F/1.4 > F/2 > F/2.8 > F/4 > F/5.6 > F/8 > F/11 > F/16 > F/22 > F/32

Entre chacune de ces valeurs, il y à une différence de un stop. Là aussi, vous pouvez régler par cran d’1/3 ou 1/2 EV

Et concrètement ?

Connaitre ceci vous aidera principalement en mode manuel. Pour maintenir votre exposition tout en changeant votre vitesse par exemple, vous serez obligé de changer au moins un des deux autres paramètres.

Par exemple :

vous obtenez une exposition normale à F/4, 1/100ème de seconde et ISO 400. Si vous souhaitez ouvrir à F/2.5, soit +1,3 stop. Vous devrez compensez de -1,3 stop en modifiant la vitesse et/ou les ISO, sinon votre photo sera sur-exposée.

Ainsi, vous pourrez passer de 400 ISO à 200 (-1 stop) et passer de 1/100ème à 1/130ème de seconde (-0,3 stop), ce qui nous donnera -1,3 stop.

Vous allez me dire que vous n’utilisez pas souvent le mode manuel, mais voyons ensemble en quoi avoir lu l’article jusqu’ici peut vous aider à utiliser à bon escient une fonction de votre appareil : la correction d’exposition.

Comment et quand utiliser la correction d’exposition ?

Comment fonctionne cette fonction ?

Avant d’aller plus loin, un petit rappel : dans les modes semi automatique (priorité ouverture, priorité vitesse), vous choisissez un ou plusieurs paramètres en fonction du mode (le paramètre lié au mode et la possibilité de régler les ISO) et l’appareil photo se charge de régler le ou les paramètres dont vous ne vous occupez pas.

Son but est alors de configurer le ou les paramètres restants de façon à obtenir une exposition normale.

Cette exposition est déterminée par les dispositifs de l’appareil selon le mode de mesure de la luminosité que vous avez défini.

La fonction de correction d’exposition permet, comme son nom l’indique, de corriger l’exposition calculé par l’appareil. On pourra alors lui dire de sur ou sous-exposer une photo par rapport à l’exposition qu’il à calculé.

Pour modifier la correction d’exposition, il suffit d’appuyer sur le bouton dédié à cela (je vous invite à lire votre manuel, chaque boitier étant différent, je ne peux pas faire une liste de toutes les manipulations)

En fonction du mode de prise de vue, l’action de la correction d’exposition sera différente :

  • avec mode manuel, la fonction de correction d’exposition est inutile, voir impossible à utiliser. En effet, puisque l’on gère tous les paramètres de l’appareil photo, il ne peut pas sur ou sous-exposer lui même l’image
  • en mode ouverture, l’appareil ne contrôle que la vitesse (et les ISO si vous les avez laissé en automatique), il va alors modifier la vitesse en l’augmentant ou la diminuant en fonction de la correction demandé
  • pour finir, le mode vitesse, l’appareil va modifier l’ouverture. Attention, car dans ce mode, l’appareil à moins de marge de manoeuvre pour corriger l’exposition, il risque donc de sur-exposer ou sous-exposer l’image s’il ne peut pas ouvrir ou fermer assez le diaphragme

Pourquoi et quand utiliser la correction ?

Tout d’abord, rappelons que l’exposition « correcte » n’existe pas ! Votre appareil veut exposer toutes les zones de votre photos correctement de façon à obtenir des détails partout, hors ce n’est pas forcément ce que l’on veut nous.

En effet, on peut souhaitez obtenir une photo plus sombre ou plus claire en fonction du message que l’on souhaite faire passer.

Mais il est possible de rencontrer des situations qui nécessite également l’utilisation de cette fonction.

Votre appareil à tendance à sur ou sous-exposer

Ce n’est pas un cas que j’ai personnellement rencontrer, mais certains modèles d’appareils photos ont tendances à mal calculer la luminosité sur votre scène et font donc des erreurs qui s’inscrivent sur la durée.

Pour corriger cela, il vous suffit de tester petit à petit la correction d’exposition jusqu’à trouver le bon réglage.

Les zones de l’image ne sont pas toutes aussi lumineuses

Que ce soit un sujet plus sombre que l’arrière-plan ou un ciel trop lumineux, ce problème arrive souvent. On peut utiliser cette fonction pour régler le problème.

Le mode de mesure de la luminosité est un outil qui est à la base est davantage conçu pour ce genre de souci, mais on peut également se servir de la correction d’exposition : on rend simplement l’image plus ou moins lumineuse. Si on utilise un appareil photo hybride, on dispose d’un avantage : on voit en temps réel les modification apporté par la correction d’exposition.

5 astuces photo paysage apprendre la photo objectif zoom photo

Voilà, j’espère que cet article vous aura permis de bien comprendre la notion de « stop »/exposure value/indice de lumination, et de percer le mystère du bouton de correction d’exposition. N’hésitez pas à poster un commentaire si vous voyez d’autres utilisations de cette fonction ou si vous avez des questions

Cet article est maintenant terminé, n’hésitez pas à le partager s’il vous à plut. Commentez le si vous avez la moindre question !

Abonnez vous à la newsletter pour rester être informé de la sortie de nouveaux articles :


Autres articles

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *