Photos et Motions

Photos et Motions

Un brin d'émotions dans vos photos
vitesse-obturation-banniere
Techniques de bases

Le mode vitesse (d’obturation)

vitesse-obturation-banniere

La vitesse d’obturation est un des trois paramètres gérant l’exposition. Nous avons déjà vu l’ouverture et le mode ouverture dans cet article. Aujourd’huii, passons à celui dédié à la vitesse.

Le mécanisme de ce mode est assez similaire à celui de l’ouverture. La grande différence est que vous choisissez la vitesse, l’appareil choisit l’ouverture.

Assez de bla-bla, plus d’explications !

1 – La vitesse d’obturation, kesaco ?


Nous l’avons rapidement évoqué dans l’article sur l’exposition, il s’agit d’un des trois paramètres capable d’influencer l’exposition de votre photo.

Il détermine combien de temps votre capteur sera exposé à la lumière. Plus le temps est long, plus il y aura de lumière qui « tapera » le capteur. Moins il sera long, moins il y aura de lumière (logique).

La vitesse s’étend, en général, de 30 secondes (symbolisé sur votre appareil photo par 30″) à « un quatre millième de seconde » (symbolisé sur votre appareil par la fraction 1/4000s).Vous aurez sûrement deviné mais 1/4000s est plus rapide que 30″.

Certains appareils, plus pros, peuvent atteindre 1/8000s, tandis que certains hybrides atteignent aujourd’hui 1/32000s.

« Quel est l’intérêt d’avoir une vitesse rapide ?

Cela sert à figer votre sujet. Prenons un petit exemple, une personne court devant vous, vous souhaitez le prendre en photo. Si vous utilisez une vitesse trop lente, comme 1/25s par exemple, il risque d’être flou dû à ses mouvements.

On appelle alors ce flou, le flou de mouvement. C’est le fait d’avoir un élément flou sur votre photo car il a bougé trop rapidement. A ne pas confondre avec le flou de bougé que l’on à rapidement vu dans l’article sur le mode ouverture.

Pour éviter ce problème, il faut choisir une vitesse assez rapide pour figer le mouvement de notre sujet. Dans l’exemple de notre coureur, selon sa vitesse de course, un réglage entre 1/60s et 1/125s devrait suffire.

Bien évidement, et comme pour l’ouverture, ce paramètre n’est pas fixé, les chiffres que je vous donne ne sont qu’un ordre d’idée qu’il faudra ajusté selon vos besoins.

Je vous ai parlé du flou de bougé et du flou de mouvement, voyons en détail cela.

2 – Les différents flous générés par la vitesse


La vitesse d’obturation ne fait pas que définir l’exposition de votre photo. Si vous vous amusez un peu avec, vous verrez que vous pouvez obtenir des effets plutôt sympathiques.

Le souci, c’est que mal maitrisés, ces effets peuvent aussi devenir des défauts sur vos images. C’est ce que nous allons voir ici.

Le flou de bougé

Le flou de bougé est le résultat d’une vitesse trop lente par rapport à votre objectif. Il est cependant très simple à solutionner et nous l’avons déjà vu dans l’article sur le mode ouverture.

vitesse-obturation-flou-bouge

Ce flou est clairement le plus destructeur pour votre photo. Votre photo devient floue dans son intégralité, puisque le mouvement vient de vous. Résultat, une photo bonne à jetter… ou presque. Presque puisque certains photographes font de ce flou, une signature artistique.

Rappelez vous, il suffit de suivre une règle simple, votre vitesse doit correspondre à 1/ »focale »s. En clair, si vous utilisez un objectif de 85mm, votre vitesse doit, au minimum, être de 1/85s. Si ce réglage n’est pas possible, prenez la vitesse au-dessus, jamais en-dessous.

Il faut comprendre que plus votre focale sera longue, plus les tremblements que vous avez seront visibles. Donc on dit que pour éviter cela, il faut un minimum de vitesse. Seulement cela dépendra également de vos tremblements, une personne ayant tendance à beaucoup trembler (comme moi…) devra ajuster sa vitesse en l’augmentant d’avantage.

L’exception qui confirme la règle

Mais il y a un piège, cette règle est juste si on utilise un appareil plein format (ou Full Frame). On va pas se le cacher, ce genre d’appareil coûtent très cher, ils sont principalement proposés aux professionnels. Dans la grande majorité des cas, nous possédons un appareil à capteur de taille réduite, des APS-C dans la grande partie des appareils photos réflex.

Comment faire dans ce cas ? C’est tout simple, nous allons juste appliquer un facteur multiplicateur à notre focale. Un capteur APS-C est 1,6X plus petit qu’un plein format chez Canon et 1,5X chez Nikon. Nous allons donc multiplier notre focale par 1,6 ou 1,5 selon notre marque.

Si on reprend notre exemple de 85mm, on le multiplie par le facteur multiplicateur, cela nous donne 136mm sur Canon, et 128mm chez Nikon. Nous allons donc choisir la vitesse la plus proche, soit égale soit supérieur, de cette focale.

Le flou de mouvement

Ce flou est également simple à comprendre et à solutionner et comble de bonheur, il n’est pas forcément signe de photo ratée. En effet, on peut avoir du flou de mouvement sans pour autant faire que notre photo soit gâchée.

vitesse-obturation-flou-mouvement

Sur cette photo, j’illustre mes propos. Mon sujet est la personne au centre de l’image. J’ai demandé à d’autres personnes de passer de chaque côtés de mon sujet pendant la prise de vue. Est-ce que cette photo est loupée ? Non (enfin, c’est pas un chef-d’œuvre d’accord, mais elle n’est pas loupée).

Et même si le sujet était flou, cela ne voudrait pas dire que la photo est ratée en soi. Certains photographes utilisent le flou de mouvement pour donner de la force dans leurs messages. Par exemple, photographier un coureur pendant l’effort. Si vous faîtes en sorte de flouter ses jambes pour montrer que la personne va vite, c’est pas signe de photo ratée.

Tout dépend de ce que vous cherchez à faire. Comme je vous l’ai dis, ces deux flous sont des effets artistiques dans les mains des photographes. Le tout est de savoir les maitriser.

« Comment éviter le flou de mouvement ? »

J’y venais. Si toutefois vous souhaitez vraiment éviter tout flou de mouvement, il suffit de monter sa vitesse. Plus elle est rapide, moins les objets n’auront le temps de bouger pendant la prise de vue. Si vous prenez une photo pendant une seconde, une personne aura le temps d’avancer ou de bouger. Se traduisant par un flou de mouvement sur la photo.

3 – La vitesse parfaite n’existe pas !


Oui, vous connaissez à présent la chanson, mais on ne change pas les vieilles habitudes.

La vitesse, comme l’exposition et l’ouverture, parfaite n’existe pas ! Tout dépend de ce que vous souhaitez faire. Si vous photographiez un sprinteur, vous utiliserez une vitesse élevée pour le figer. Mais si vous souhaitez lui donner de la force dans ses mouvements, traduire qu’il va vite, vous utiliserez une vitesse plus lente.

Vous prenez une photo d’une cascade, pour traduire que l’eau coule avec force, vous utilisez une vitesse de 5 secondes par exemple (trépied obligatoire). Si vous photographiez un oiseau juste après, à mains levées, vous pouvez être sûrs que la photo sera ratée si vous avez gardé la même vitesse.

Je ne vais pas m’étendre d’avantage là-dessus, depuis le temps vous avez compris. Passons donc à la suite !

4 – Les limites du mode vitesse


Comme nous l’avons vu au début de l’article, dans ce mode, l’appareil va choisir l’ouverture en fonction de votre vitesse. Seulement voila, il a moins de choix qu’en mode ouverture.

En mode ouverture, peu importe votre objectif, l’appareil à un large choix de vitesse pour obtenir une bonne exposition. Ce n’est pas le cas en mode vitesse. Tout dépend de votre objectif, et même avec le « meilleur » du monde (croyez moi, ça n’existe pas), cela ne ferait pas de grande différence.

« Quel est le souci ? En quoi cela est gênant ? »

Le souci ? C’est simple, votre photo sera soit trop sombre si l’appareil ne peut pas ouvrir d’avantage le diaphragme, soit trop claire si il ne peut pas le fermer assez.

Seul solution : monter les ISO si vous les réglez manuellement, sinon l’appareil l’a déjà fait pour vous en automatique. Seulement, monter les ISO est signe de dégradation de l’image, donc à éviter autant que possible. Nous en parlerons dans un article dédié à ce paramètre.

Sachez donc que le mode vitesse est plus limité que le mode ouverture. On l’utilisera moins souvent que le mode ouverture car il présente moins de possibilité artistique et à cause de ces limitations.

Son utilisation la plus courante sera donc principalement lorsque l’on recherche à jouer sur les flous qu’il génère.

Conclusion


Vous voila informés du fonctionnement du mode vitesse. Très honnêtement, ce mode ne vous servira que 5% du temps, vous utiliserez bien plus souvent le mode ouverture.

Néanmoins il est bon de connaitre son fonctionnement puisque la vitesse sera utile à l’apprentissage du mode manuel. Mais avant ça, nous avons encore à voir les ISO.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec vos amis et à vous inscrire gratuitement à la newsletter. N’hésitez pas à commenter si vous avez des questions sur toutes sortes de problèmes que vous pourriez rencontrer.

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *